Mécanicien/mécanicienne de motocyclettes - analyse nationales de profession

Le Conseil canadien des directeurs de l’apprentissage (CCDA) reconnaît la présente analyse comme la norme nationale pour la profession de mécanicien ou de mécanicienne de motocyclettes.

Série d'analyses de professions

Available in English under the title: Motorcycle Mechanic

CNP: 7334

Année de désignation : 1992

Téléchargement PDF

Télécharger la version PDF (1 483 Ko) de ce contenu.

Guide d’auto-évaluation pour l’examen du Sceau rouge – Mécanicien/mécanicienne de motocyclettes

Utilisez l’outil d’auto-évaluation (PDF, 1,1 Mo) pour évaluer votre propre compréhension et votre expérience pour les tâches qui font parties de l’examen du Sceau rouge.

Information générale

Champ de compétence du monteur ou de la monteuse de lignes sous tension

« Mécanicien/mécanicienne de motocyclettes » est le titre officiel Sceau rouge de ce métier tel qu’accepté par le CCDA. Cette analyse couvre les tâches exécutées par les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes dont le titre professionnel a été reconnu par certaines provinces et par certains territoires du Canada sous les noms suivants :

NL

NS

PE

NB

QC

ON

MB

SK

AB

BC

NT

YT

NU

Mécanicien de motocyclettes

x

Technicien ou technicienne de motocyclettes

x

Les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes travaillent sur des motocyclettes et des véhicules motorisés comme les scouteurs et les véhicules tout terrain. Ils inspectent, nettoient, soumettent à l’essai, assemblent, entretiennent et réparent les moteurs, les boîtes de vitesses, les systèmes d’entraînement, les directions, les systèmes de freinage, le châssis et la suspension, les circuits électriques, les systèmes de gestion du véhicule, les systèmes d’alimentation et les systèmes d’échappement et en évaluent l’état. Ils peuvent également se spécialiser dans la réparation, la remise à neuf, la personnalisation ou l’entretien de ces systèmes ou de ces ensembles.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes travaillent avec des outils manuels, mécaniques et pneumatiques ainsi qu’avec des instruments de mesure, de l’équipement d’atelier et des outils de diagnostic et d’essai. Dans ce métier, les ouvrages de référence, la documentation et les ordinateurs sont également des outils nécessaires.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes peuvent travailler dans des ateliers de service des concessionnaires ou des détaillants de motocyclettes ou dans des établissements indépendants d’entretien. Ils peuvent se spécialiser dans des marques ou des types de motocyclettes, de scouteurs et de véhicules tout terrain particuliers.

Le bruit, les vapeurs, les odeurs, les composés dangereux, les courants d’air et les vibrations peuvent être présents dans l’environnement de travail. C’est pourquoi les mesures de sécurité sont importantes. Le travail nécessite souvent que les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes se tiennent debout, se penchent, rampent, soulèvent des objets, tirent sur des objets ou s’étirent pour atteindre des objets.

Les qualités importantes que devrait posséder un mécanicien ou une mécanicienne de motocyclettes sont une bonne coordination œil-main, de bonnes aptitudes mécaniques, des compétences en gestion du temps, la capacité d’utiliser des documents, des compétences en calcul, une pensée logique, des habiletés en matière de prise de décisions, une excellente aptitude en communication et une capacité de se tenir au courant des percées technologiques. Les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes doivent également pouvoir faire des essais routiers avec différents véhicules.

Avec l’expérience, les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes peuvent être promus à des postes de superviseur ou de superviseuse, de contremaître ou de contremaîtresse d’atelier, de directeur ou de directrice de l’entretien ou d’instructeur ou d’instructrice. Certains mécaniciens et certaines mécaniciennes de motocyclettes peuvent devenir propriétaires de leur propre garage ou atelier spécialisé de motocyclettes. Grâce à une formation supplémentaire, les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes peuvent utiliser leurs compétences et leurs connaissances pour travailler sur d’autres véhicules et équipements, notamment les motoneiges, les motomarines et les appareils de plein air motorisés.

Observations sur le métier

Les outils servant à faire l’analyse des données et à établir des diagnostics, comme le réglage au laser, les dynamomètres et les analyseurs de balayage, sont de plus en plus utilisés. Ces outils sont efficaces pour établir l’état des motocyclettes. Les fabricants nécessitent de plus en plus d’outils spécialisés pour faire l’entretien et la réparation des modèles actuels.

Le système groupé de freinage et le système de freinage antiblocage (ABS) sont de nouvelles technologies qui permettent d’appliquer des pressions préétablies sur les freins avant et arrière avec la seule action d’un levier. Les systèmes d’alarme et les systèmes de localisation par satellite (GPS) constituent aussi de nouveaux produits pour les consommateurs et les consommatrices, et ils doivent être installés et entretenus par les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes.

Les matériaux sont plus légers, plus forts et plus durables qu’avant. Dans ce métier, les résines, les alliages, les fibres de carbone, la céramique, les matériaux composites et les liquides synthétiques sont également souvent utilisés.

L’utilisation grandissante des systèmes électroniques signifie que les procédés et les tâches sont effectués à l’aide d’ordinateurs. L’évaluation peut être effectuée de manière plus efficace à l’aide d’outils de diagnostic électroniques.

On note que les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclette doivent avoir davantage de connaissances de l’informatique, des technologies appliquées et des produits de consommation. Les technologies et les sciences appliquées ont permis des avancées pour de nombreux systèmes. Les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes doivent posséder des connaissances en informatique pour pouvoir accéder à des renseignements sur les produits disponibles en format électronique, sur CD ou sur les sites Internet. De nombreux mécaniciens et mécaniciennes de motocyclettes participent régulièrement, en personne et en ligne, à des séances de formation parrainées par le fabricant ou le concessionnaire sur les nouvelles technologies et les nouveaux produits.

Les consommateurs et les consommatrices désirent de nouvelles technologies et des améliorations en matière de sécurité comme des sacs gonflables et des GPS. Ils ont maintenant une meilleure connaissance des motocyclettes et des dernières technologies disponibles, et ont de plus grandes attentes en matière de service et de qualité. La facilité d’utilisation des motocyclettes a entraîné l’apparition de conductrices et de conducteurs non traditionnels. Davantage de clients et de clientes demandent des motocyclettes personnalisées sur mesure avec de nouveaux concepts.

De meilleures connaissances des méthodes de travail sont nécessaires. Les documents appuyant les réparations et les travaux complétés sont rédigés conformément aux normes de l’industrie. Pour assurer la sécurité de la clientèle et éviter des poursuites, les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes consignent le refus des clients et des clientes de faire effectuer les réparations requises.

La sécurité du mécanicien ou de la mécanicienne est tout aussi importante que celle du conducteur et de la conductrice. Les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes reçoivent davantage de formation et ont augmenté leur niveau de compétences concernant les caractéristiques de sécurité des motocyclettes. Dans plusieurs lieux de travail, on remarque que les pratiques écologiques (recyclage de matériaux et de composants) sont rendues courantes. La réglementation des provinces et des territoires est davantage mise en place pour réduire le bruit et les émissions.

Sommaire des compétences essentielles

Les compétences essentielles sont les compétences nécessaires pour vivre, pour apprendre et pour travailler. Elles sont à la base de l’apprentissage de toutes les autres compétences et permettent aux gens d’évoluer avec leur emploi et de s’adapter aux changements du milieu du travail.

Grâce à des recherches approfondies, le gouvernement du Canada et d’autres organismes nationaux et internationaux ont déterminé et validé neuf compétences essentielles. Ces compétences sont mises en application dans presque toutes les professions et dans la vie quotidienne sous diverses formes.

Une série d’outils approuvés par le CCDA ont été élaborés pour aider les apprentis à suivre leur formation et à être mieux préparés pour leur carrière dans les métiers. Les outils peuvent être utilisés avec ou sans l’assistance d’une personne de métier, d’un formateur, d’un employeur, d’un enseignant, ou d’un moniteur pour :

  • comprendre comment les compétences essentielles sont utilisées dans un métier;
  • déterminer les forces en matière de compétences essentielles et les aspects à améliorer;
  • améliorer les compétences essentielles et les chances de réussir un programme d’apprentissage.

Les outils sont disponibles en ligne où il est aussi possible de les commander.

Le profil des compétences essentielles pour les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes indique que les compétences essentielles les plus importantes sont l’utilisation des documents, le calcul et la capacité de raisonnement.

Le présent document peut renfermer une description de la mise en pratique de ces compétences à l’intérieur des énoncés de compétences servant à appuyer chaque sous-tâche du métier. Un aperçu des exigences pour chaque compétence essentielle tiré des profils des compétences essentielles suit.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes se servent de leurs aptitudes à la lecture pour comprendre des documents comme les bons de travail, les manuels d’entretien et les bulletins d’entretien. Ils lisent les règlements régissant les normes relatives à l’état de rouler, au bruit et aux émissions des motocyclettes, des scouteurs et des véhicules tout terrain.

Les documents utilisés par les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes comprennent les bons de travail, les estimations, les listes de vérification pour l’inspection, les demandes de pièces et les manuels d’entretien. Ils consultent et examinent également divers graphiques, tableaux et dessins techniques comme les dessins d’assemblage, les esquisses et les dessins écorchés.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes rédigent des notes et des descriptions brèves. Ils peuvent rédiger les notes pour consigner leurs observations et leurs recommandations pour leur usage personnel ou pour remettre aux autres mécaniciens et mécaniciennes et à la clientèle. Plusieurs notes sont saisies en les tapant à l’ordinateur, mais pouvoir écrire lisiblement est un atout.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes font appel à leurs compétences en mathématiques pour comparer et calculer l’aptitude au service du matériel, les mesures, les rotations par minute, les vitesses, les chevaux‑vapeur et les couples aux spécifications. Ils estiment les effets qu’auront les réparations et les modifications sur le rendement du moteur. Ils peuvent calculer le temps de main-d’œuvre pour rédiger l’estimation des coûts de réparation et du montant des factures.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes font appel à leurs compétences en communication orale pour discuter des travaux avec leurs collègues, les apprentis et les apprenties, les fournisseurs, et la clientèle.

Les aptitudes à résoudre un problème permettent aux mécaniciens et mécaniciennes de motocyclettes de déterminer les exigences du client ou de la cliente et d’expliquer les processus de réparation. Les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes font appel à leur aptitude à résoudre un problème pour choisir la séquence d’entretien des motocyclettes, ainsi que les outils, les pièces et les procédures nécessaires pour mener à bien les tâches. Ils font preuve d’un esprit critique pour déterminer les causes de défaillances, de défectuosités ou d’anomalies.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes travaillent plus souvent individuellement, mais peuvent coordonner leur travail avec celui des commis aux pièces et des fournisseurs. Ils peuvent offrir leur aide et leurs conseils à d’autres mécaniciens et à d’autres mécaniciennes. Ils peuvent également aider au mentorat des apprentis et des apprenties.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes utilisent des bases de données pour accéder aux renseignements personnels du client ou de la cliente et aux travaux ayant déjà été effectués. Ils utilisent des services de communication électroniques, comme un courriel, pour échanger des renseignements avec les fournisseurs, les fabricants, leurs collègues et les ateliers de réparation de motocyclettes. Ils utilisent de l’équipement de diagnostic doté d’applications logicielles. Ils utilisent également Internet pour consulter les spécifications, les bulletins d’entretien techniques, les avis de rappel et les manuels d’entretien.

Les mécaniciens et les mécaniciennes de motocyclettes doivent se tenir informés des avancées technologiques et des lois régissant les inspections de sécurité et les émissions. Ils peuvent participer à une formation pour être réparatrices ou réparateurs certifiés pour certains modèles de motocyclettes en particulier. Ils apprennent également en parlant à leurs collègues, aux fournisseurs et aux gestionnaires des services ainsi qu’en lisant des magazines et les manuels de réparation.

Remerciements

Le CCDA et RHDCC tiennent à exprimer leur gratitude aux gens du métier, aux entreprises, aux associations professionnelles, aux syndicats, aux ministères et organismes gouvernementaux des provinces et des territoires ainsi qu’à toute autre personne ayant participé à la production de la présente publication.

Le CCDA et RHDCC désirent particulièrement exprimer leur reconnaissance aux gens du métier suivants :

  • Brian E. Bentley - Nouvelle-Écosse
  • Gord Gingles - Manitoba
  • Gordon Hill - Colombie-Britannique
  • Luc Leblanc - Nouveau-Brunswick
  • John MacAusland - Île-du-Prince-Édouard
  • Dave M. Shepherd - Ontario
  • Ron Thornhill - Terre-Neuve-et-Labrador
  • Jeff Vikse - Alberta

La présente analyse a été préparée par la Direction de l’intégration au marché du travail de RHDCC. La coordination, la facilitation et la production de l’analyse ont été effectuées par l’équipe responsable de l’élaboration des ANP de la Division des métiers et de l’apprentissage. L’Île-du-Prince-Édouard, la province hôte, a également participé à l’élaboration de cette ANP.

Les commentaires et les questions au sujet de cette publication peuvent être transmis à :

Division des métiers et de l’apprentissage
Direction de l’intégration au marché du travail
Emploi et Développement social Canada
140, promenade du Portage, Portage IV, 6e étage
Gatineau (Québec)  K1A 0J9
Courriel : redseal-sceaurouge@hrsdc-rhdcc.gc.ca