Chaudronnier/chaudronnière - Norme professionnelle du Sceau rouge

Le Conseil canadien des directeurs de l’apprentissage (CCDA) reconnaît cette Norme professionnelle du Sceau rouge (NPSR) comme la norme du Sceau rouge pour le métier de chaudronnier/chaudronnière.

Série d'analyses de professions

Available in English under the title: Boilermaker

CNP : 7251

Année de désignation : 1958

Produits de la NPSR à télécharger

La Norme professionnelle du Sceau rouge pour le métier de chaudronnier/chaudronnière est élaborée par des représentants canadiens du métier. Ce document contient l’information sur ce métier tel que celui-ci est pratiqué au Canada.

L’information contenue dans la NPSR est combinée de plusieurs façons pour générer plusieurs produits de la NPSR; chacun de ces produits est basé sur l’information contenue dans la NPSR complète et est destiné à répondre aux besoins des utilisateurs.

Produit

Objectif

Norme professionnelle du Sceau rouge - Chaudronnier/chaudronnière

Offrir une description complète de toutes les activités effectuées dans le métier et de toutes les compétences et connaissances nécessaires pour exercer ce métier. La norme définit le métier en regroupant et en organisant les éléments.

Profil du métier - Chaudronnier/chaudronnière

Présenter un aperçu de toutes les activités effectuées dans le métier décrites dans la norme. Le profil du métier peut être utilisé pour autoévaluer l'expérience acquise, pour présenter un sommaire de toutes les activités effectuées dans le métier aux gens qui veulent apprendre ce métier et pour l'analyse des lacunes.

Guide d’auto-évaluation pour l’examen du Sceau rouge – Chaudronnier/chaudronnière (PDF, 922 Ko) Utilisez l’outil d’auto-évaluation pour évaluer votre propre compréhension et votre expérience pour les tâches qui font parties de l’examen du Sceau rouge.

Plan du programme de formation - Chaudronnier/chaudronnière

Organiser les éléments de la section « Connaissances » de la norme et présenter des recommandations quant aux niveaux de formation. Ces éléments ont pour but de faciliter l'élaboration et la prestation des programmes de formation technique.

Information générale

Description du métier de chaudronnier/chaudronnière

« Chaudronnier/chaudronnière » est le titre officiel Sceau rouge de ce métier tel qu’il a été approuvé par le CCDA. Cette norme couvre les tâches exécutées par un chaudronnier ou une chaudronnière, dont le titre professionnel est reconnu dans certaines provinces et certains territoires sous les noms suivants :

NL

NS

PE

NB

QC

ON

MB

SK

AB

BC

NT

YT

NU

Chaudronnier/chaudronnière

x x x   x x x x  

Chaudronnier/chaudronnière de construction

      x x     x    

Les chaudronniers et les chaudronnières construisent, fabriquent, soudent, assemblent, installent, érigent, modifient, entretiennent, réparent, démontent, démolissent et mettent à l’essai des générateurs à vapeur, des chaudières, des économiseurs, des réchauffeurs d’air, des dégazeurs, des ventilateurs à tirage aspiré et à tirage forcé, des réservoirs, des dispositifs et des systèmes antipollution, des conduits d’air, des chambres de combustion, des réacteurs, des tours et des réservoirs d’eau, des conduites forcées, des enveloppes de ventilateur centrifuge, des colonnes et d’autres composants et pièces connexes, ainsi que leurs structures d’accès et leurs raccordements, notamment tous les types de travaux de charpentes et de plaques sur des contenants de poussière, d’air, de gaz, de vapeur, d’huile, d’eau et d’autres contenant étanches aux liquides. Les chaudronniers travaillent à partir de dessins de fabrication approuvés par les ingénieurs pour fabriquer des composants en acier ou à partir d’autres matériaux. Ils calculent, choisissent et fixent les accessoires de gréage et travaillent avec les grues et d’autres équipements de levage pour lever les composants en place. Les systèmes doivent être mis à l’essai afin de s’assurer qu’il n’y a aucune fuite, autre défectuosité ou déficiences qui les empêcheraient de fonctionner de façon efficace et sécuritaire.

Les chaudronniers et les chaudronnières doivent avoir une bonne connaissance des méthodes et des procédés de soudage. Toutefois, bien que le soudage fasse partie intégrante du métier, certaines provinces et certains territoires exigent une certification supplémentaire pour effectuer certains procédés de soudage, alors que d’autres ne l’exigent pas.

Les chaudronniers et les chaudronnières sont à l’emploi d’industries régies par divers codes et normes de la fabrication de produits en métal, de la construction, de la construction navale, du pétrole, des mines, des fonderies et de la production d’énergie (p. ex., hydroélectrique, nucléaire, thermique, solaire, marémotrice). Ils peuvent travailler au sein des secteurs de la construction et de l’entretien dans une variété de milieux de travail industriels, comme des usines de pâte, des usines de traitement de l’eau, des aciéries, des usines de ciment, de produits chimiques, d’engrais et de potasse, des brasseries, des chantiers maritimes, des plateformes de forage en mer, des mines et des centrales de production et de coproduction d’énergie, ainsi que des installations d’extraction d’éthanol, de pétrole et de gaz, des usines de valorisation et des raffineries où l’installation, la réparation et l’entretien ou la démolition de l’équipement susmentionné est requis.

Les chaudronniers et les chaudronnières utilisent à la fois des méthodes de travail à chaud et de travail à froid pour former des composants d’acier et à partir d’autres matériaux qui entreront dans la constitution des chaudières, des réservoirs et des vaisseaux. Ils doivent utiliser diverses machines de façonnage de métaux telles que des cisailles à tôle, des poinçons et des cylindres de cintrage. Les outils, tels que les niveaux, les coins, les rectifieuses et les chalumeaux coupeurs sont utilisés pour la mise en place et l’assemblage des pièces, ainsi que pour lisser les bords de façon à ce que les pièces glissent ensemble. Ils utilisent également divers appareils de contrôle et dispositifs de mesure.

Le travail des chaudronniers et des chaudronnières est effectué à l’intérieur ou à l’extérieur et peut s’effectuer à des hauteurs extrêmes autant qu’en milieu souterrain. Le milieu de travail des chaudronniers et des chaudronnières peut les exposer à des dangers et ils peuvent être appelés à travailler sous certaines conditions telles que les vibrations, les bruits excessifs, les émanations, l’amiante et autres environnements toxiques, les espaces clos, les températures extrêmes et les radiations.

Les qualités essentielles pour exercer ce métier sont : une bonne coordination œil-main, une aptitude à la mécanique et une dextérité manuelle. Les chaudronniers et les chaudronnières doivent posséder toutes les connaissances, les capacités et les compétences requises pour ce métier, y compris une compréhension des dessins mécaniques ainsi que posséder des aptitudes en mathématiques. Ils doivent également posséder la force et l’endurance nécessaires pour pouvoir travailler avec des composants et de l’équipement lourds. Dans ce métier, il est courant de se déplacer pour des occasions de travail, c’est pourquoi les chaudronniers et les chaudronnières doivent s’adapter à des milieux de travail changeant fréquemment. Il est aussi courant de travailler de longues heures et d’effectuer plusieurs quarts de travail consécutifs.

La présente analyse reconnaît des similarités avec le travail des monteurs-ajusteurs et monteuses‑ajusteuses de charpentes métalliques, des mécaniciens industriels et mécaniciennes industrielles (de chantier), des monteurs et monteuses d’appareils de chauffage, des monteurs et monteuses de charpentes en acier et des soudeurs et soudeuses.

Lorsqu’ils acquièrent de l’expérience, les chaudronniers et les chaudronnières peuvent agir à titre de mentors et de formateurs pour les apprentis du métier. Ils peuvent également aspirer à des postes de surveillants, d’inspecteurs de l’assurance de la qualité et de personnel de sécurité.

Sommaire des compétences essentielles

Les compétences essentielles sont les compétences nécessaires pour vivre, pour apprendre et pour travailler. Elles sont à la base de l’apprentissage de toutes les autres compétences et permettent aux gens d’évoluer avec leur emploi et de s’adapter aux changements du milieu du travail.

Grâce à des recherches approfondies, le gouvernement du Canada et d’autres organismes nationaux et internationaux ont déterminé et validé neuf compétences essentielles. Ces compétences sont mises en application dans presque tous les métiers et dans la vie quotidienne sous diverses formes.

Une série d’outils approuvés par le CCDA ont été élaborés pour aider les apprentis et les apprenties à suivre leur formation et à être mieux préparés pour leur carrière dans les métiers. Les outils peuvent être utilisés avec ou sans l’assistance d’une personne de métier, d’un formateur ou d’une formatrice, d’un employeur ou d’une employeuse, d’un enseignant ou d’une enseignante, ou d’un moniteur ou d’une monitrice pour :

  • comprendre comment les compétences essentielles sont utilisées dans un métier;
  • déterminer les forces en matière de compétences essentielles et les aspects à améliorer;
  • améliorer les compétences essentielles et les chances de réussir un programme d’apprentissage.

Les outils sont disponibles en ligne au https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/programmes/competences-essentielles/profils.html, où il est aussi possible de les commander.

Le profil des compétences essentielles pour le métier de chaudronnier et de chaudronnière montre que les compétences essentielles les plus importantes sont l’utilisation de documents, le calcul et la communication orale.

Ce document peut renfermer une description de la mise en pratique de ces compétences à l’intérieur des énoncés de compétences servant à appuyer chaque sous-tâche du métier. Un aperçu des exigences pour chaque compétence essentielle tiré des profils des compétences essentielles suit.

Les chaudronniers et les chaudronnières lisent et interprètent des comptes rendus de réunions sur la sécurité, de courtes notes écrites par leurs collègues au sujet des travaux, et des directives sur les étiquettes de produits. Ils lisent également des politiques et des procédures sur les évacuations d’urgence par exemple, ainsi que des livres de codes, des conventions collectives et des fiches de données de sécurité. Les chaudronniers et les chaudronnières lisent également des ouvrages de référence, comme des manuels sur les métiers inhérents à la métallurgie, aux grues et au gréage, et des manuels de formation.

Les chaudronniers et les chaudronnières repèrent de l’information dans divers tableaux, connaissements, procédures de travail, livres des codes, tableaux des charges, fiches de données de sécurité et catalogues d’équipement. Ils interprètent différents dessins, notamment de gréage, de construction et d’atelier et des dessins de fabrication (plans) pour déterminer le travail à effectuer. Ils effectuent également des dessins à l’échelle.

Les chaudronniers et les chaudronnières peuvent rédiger de courtes notes liées au travail à leurs collègues et tenir une feuille de route personnelle pour consigner les activités quotidiennes, et de l’information, comme les heures travaillées, les tâches accomplies, les problèmes survenus, les observations et les préoccupations. Ils peuvent également rédiger des plans de production pour établir le calendrier et la séquence des tâches. Les chaudronniers et les chaudronnières peuvent remplir des rapports d’analyse de la sécurité des tâches, des formulaires de déclaration de santé et sécurité, ainsi que des formulaires de situation dangereuse ou de quasi-accident.

Les chaudronniers et les chaudronnières établissent le calendrier de leurs activités quotidiennes. Ils calculent le poids total des matériaux à soulever par une grue et utilisent des formules pour calculer la charge d’utilisation (charge admissible) de divers câbles et de cordages de fibre. Ils mesurent également l’épaisseur de la paroi des tubes et calculent leur expansion à l’aide de formules. Ils mesurent les angles pour couper des tubes et des tuyaux selon les spécifications requises. Ils utilisent des principes de géométrie comme le calcul de la bissectrice et l’élaboration d’un cercle au moyen de cordes afin de disposer le matériel nécessaire aux vaisseaux. Les chaudronniers et les chaudronnières analysent des données numériques pour s’assurer que les exigences des codes sont respectées en établissant la correspondance entre les mesures indiquées sur des dessins et les spécifications industrielles. Ils estiment également les longueurs des tubes et des tuyaux afin d’effectuer des coupes grossières, ainsi que les matériaux requis pour accomplir un travail et le poids d’une charge à soulever. Ils peuvent également estimer combien de travailleurs et d’heures sont exigés pour terminer un travail. Les chaudronniers et les chaudronnières utilisent les systèmes de mesures impériales et métriques, et ils doivent donc pouvoir effectuer les conversions d’un à l’autre.

Les chaudronniers et les chaudronnières discutent avec leurs collègues et superviseurs de questions de sécurité lors des rencontres quotidiennes sur la sécurité. Ils interagissent avec leurs superviseurs pour obtenir des directives et discuter de questions techniques, de préoccupations en santé et sécurité, de calendriers et de propos personnels. Ils peuvent consulter les dessinateurs, les agents de contrôle de la qualité ou les ingénieurs afin de discuter de problèmes concernant les dessins de fabrication (plans), comme les infractions aux codes, les difficultés techniques et les défauts de conception. Ils peuvent également interagir avec les représentants syndicaux.

Les chaudronniers et les chaudronnières doivent souvent porter de l’EPI tels que des protecteurs d’oreilles, un appareil respiratoire autonome (ARA), des appareils respiratoires et des masques complets qui peuvent nuire à la communication. Les chaudronniers et les chaudronnières travaillent également dans des endroits où la visibilité est réduite. La communication représente un défi additionnel pour les chaudronniers et les chaudronnières, puisqu’ils travaillent souvent dans des espaces clos ou dans des tours hors du champ auditif. C’est pourquoi ils doivent utiliser des signaux à main ou des appareils radio bidirectionnels.

Les chaudronniers et les chaudronnières utilisent leur capacité de raisonnement pour effectuer des diagnostics et des dépannages, et résoudre des problèmes. Ils peuvent suggérer un calendrier plus réaliste lorsqu’ils font face à des délais serrés tout en coordonnant le travail avec d’autres corps de métiers. Ils déterminent et prennent également les mesures nécessaires pour gérer les conditions de travail dangereuses. Par exemple, ils peuvent choisir l’équipement de sécurité adéquat, isoler une zone ou lancer un appel de service à d’autres travailleurs de métiers pour mieux accomplir les tâches assignées.

En raison de la nature possiblement dangereuse du travail, le travail d’équipe constitue une compétence essentielle. Souvent, un chaudronnier-soudeur est jumelé à un mécanicien de chaudronnerie pour former une équipe qualifiée. Les chaudronniers et les chaudronnières peuvent également travailler dans de plus grandes équipes et avec d’autres corps de métiers. Ils devraient être en mesure de communiquer efficacement, accomplir les tâches qui leur sont assignées et adapter leur travail à celui d’autres corps de métiers. Ils doivent faire preuve d’autodiscipline et s’assurer que le travail accompli de façon autonome soit exact et dans les délais prescrits.

Les chaudronniers et les chaudronnières peuvent utiliser de l’équipement numérique programmable, comme des calculateurs scientifiques, des niveaux numériques et des lasers. Ils peuvent également utiliser de l’équipement d’application (robotique) et de l’équipement géré par ordinateur, comme des machines de soudage par résistance et des machines de coupe à CNC. Les chaudronniers et les chaudronnières peuvent utiliser des outils de formation assistés par ordinateur, comme des programmes en ligne, des simulateurs et des progiciels dans le cadre de la formation en santé et sécurité. Ils peuvent également utiliser des logiciels de CAO.

Certaines entreprises offrent des cours de perfectionnement techniques lors du lancement de nouveaux produits, procédés et équipement. Les chaudronniers et les chaudronnières peuvent suivre des cours en milieu de travail ou dans des collèges communautaires, ou accéder à des programmes en ligne. Cependant, un des moyens les plus pratiques pour les chaudronniers et les chaudronnières d’acquérir de l’expertise est d’apprendre en cours d’emploi de leurs collègues plus expérimentés, de leurs mentors ou de leurs superviseurs. Il n’est pas rare que les chaudronniers et les chaudronnières aient également un certificat en soudage.

Tendances du métier chaudronnier/chaudronnière

Outils et équipement

L’utilisation d’outils comme l’équipement automatisé de soudage, l’équipement automatisé de coupage et de raccord et de systèmes avancés de levage et de hissage signifie que certaines procédures de fabrication sont de plus en plus efficaces et sécuritaires.

Technologie et méthodes de travail

Les nouvelles technologies comme l’équipement automatisé de soudage et les technologies avancées d’essais et d’évaluations non destructifs (p. ex., radiographies numériques, essais par ultrasons de matières austénitiques, réseau à commande de phase) nécessitent que les chaudronniers et chaudronnières connaissent de nouvelles méthodes d’essais, de raccord et de préparation.

Il y a une tendance vers l’utilisation de systèmes d’accès par corde pour effectuer les inspections.

Les nouvelles technologies relatives à l’extraction tubulaire offrent une plus grande efficacité pendant les processus de réparation et d’entretien.

En raison des nouvelles technologies relatives aux grues et au transport, de nombreux composants et vaisseaux plus grands sont livrés sur le chantier en modules complets plutôt que d’être assemblés sur le chantier. La majorité de la fabrication effectuée par les chaudronniers et les chaudronnières a lieu dans un atelier.

Préoccupations liées à la sécurité et à l’environnement

Les nouveaux composants et la nouvelle technologie visant à réduire les émissions sont de plus en plus installés dans les installations comme les centrales électriques, les usines à gaz, les centrales au charbon et les fonderies. Les chaudronniers et les chaudronnières sont responsables de la fabrication, de la construction en chantiers, du montage, de l’installation, de l’entretien et de la réparation de ces composants.

Les nouvelles technologies qui ont été mises en place afin d’améliorer la sécurité au travail comprennent la surveillance du personnel à l’aide de la technologie des radiofréquences.

De nouvelles législations apparaissent en ce qui a trait à l’utilisation d’énergie verte ainsi que pour la sécurité. Les politiques ministérielles visant à réduire les questions de responsabilité sont de plus en plus courantes.

Les employeurs et les employés sont conjointement responsables de la sécurité de tous les aspects du lieu de travail. Les exigences et les lois provinciales ou territoriales sont appliquées de manière plus rigoureuse. En raison des règlements en matière de sécurité, les employés qui travaillent dans des environnements dangereux peuvent être appelés à porter des dispositifs GPS personnels.

Formation et perfectionnement

On accorde une plus grande importance aux permis, aux certificats et aux formations supplémentaires relatifs à des qualifications professionnelles précises comme le soudage, le gréage, la conduite de machinerie et la sécurité, et les exigences à ces égards se sont accrues. Une formation spécialisée pour des tâches précises comme serrage hydraulique de boulons et le serrage hydraulique de goujons par tension ainsi que l’accroissement des compétences en gréage sont de plus en plus courants.

Puisque les chaudronniers et les chaudronnières sont responsables de travailler sur des systèmes de production d’énergie, il est très important qu’ils puissent s’adapter aux changements et aux nouvelles technologies qui pourraient émerger dans ce domaine et qu’ils se tiennent à jour. Un ensemble de compétences très précis est requis pour la rénovation de centrales nucléaires. En raison de la croissance de la demande en électricité, des formations spécialisées pour l’énergie renouvelable, les centrales nucléaires, hydroélectriques et au gaz seront requises. En raison de l’augmentation du nombre de fournisseurs de pétrole et de gaz pour les travaux industriels, les exigences en matière de formation pourraient observer des changements.

En outre, en raison de changements observés dans des secteurs précis comme l’extraction minière et le captage du carbone, les chaudronniers et les chaudronnières pourraient nécessiter un ensemble de compétences précis.

Niveau de performance auquel s’attend l’industrie

Toutes les tâches doivent être effectuées conformément aux règlements, aux normes et aux codes provinciaux et territoriaux qui s’appliquent. Toutes les normes de santé et de sécurité doivent être respectées et observées. Le travail devrait être de haute qualité et effectué de manière sécuritaire et efficace, avec un gaspillage minimal de matériaux tout en respectant l’environnement. Toutes les exigences des spécifications du fabricant doivent être respectées. Les compagnons doivent travailler avec professionnalisme et chercher à satisfaire les attentes des clients ou à les surpasser. Au niveau de performance d’un compagnon ou d’une compagne d’apprentissage, toutes les tâches doivent être menées avec un minimum d’orientation et de supervision. Au fur et à mesure que le compagnon progresse dans sa carrière, il devrait continuer à mettre ses compétences et ses connaissances à niveau afin de suivre l’évolution de l’industrie, ainsi qu’à promouvoir l’apprentissage continu dans son métier par l’entremise du mentorat d’apprentis et de compagnons.

Exigences linguistiques

Il est attendu que les compagnons puissent comprendre et communiquer en anglais ou en français, qui sont les deux langues officielles du Canada. L’anglais ou le français sont des langues des affaires courantes ainsi que des langues d’enseignement dans les programmes de formation en apprentissage.

Remerciements

Le CCDA et EDSC tiennent à exprimer leur gratitude aux gens du métier, aux entreprises, aux associations professionnelles, aux syndicats, et aux ministères et organismes gouvernementaux des provinces et des territoires, ainsi qu’à toute autre personne ayant participé à la production de la présente publication.

On tient à remercier particulièrement les représentants suivants qui ont grandement contribué à la version initiale de la norme et qui ont fourni des conseils d’experts tout au long de son élaboration :

  • Jeffrey T. Jarosz - Alberta
  • Bradley Kulbaba - Manitoba
  • Jeremy Kwok - Colombie-Britannique
  • John Larter - Île-du-Prince-Édouard
  • Marcel Losier - Nouveau-Brunswick
  • Brian Mikkelsen - Nouvelle-Écosse
  • Rodger Morris - Manitoba
  • Bruno Noël - Nouveau-Brunswick
  • Russell Osborne - Colombie-Britannique
  • Chris Peddle - Ontario
  • Russell Reid - Fraternité internationale des chaudronniers (Alberta)
  • Lee Smith - Saskatchewan
  • Karl Thiessen - Alberta
  • Jonathan White - Ontario

La présente norme a été préparée par la Direction de l’apprentissage et des professions réglementées d’EDSC. La coordination, la facilitation et la production de cette norme ont été effectuées par l’équipe responsable de l’élaboration des normes de la Division des métiers et de l’apprentissage et de l’Industry Training Authority de la Colombie-Britannique, la province hôte pour ce métier.